Inscrivez-vous pour être contacté
par nos équipes.

    Inscrivez-vous pour
    recevoir notre newsletter

      Roch Star

      Les actualités du programme

      DES SECRETS À CRIER SUR TOUS LES TOITS… DE SAINT ROCH

      Savez-vous pourquoi le quartier qui bouge à Montpellier porte le nom d’un Saint ? Et savez-vous pourquoi celui-ci est souvent représenté accompagné d’un chien ? Découvrez l’histoire du quartier Saint Roch au fil des secrets de ses ruelles typiques et de son nouveau cœur rénové autour de la gare…

      Un quartier qui porte le nom d’un illustre montpelliérain
      On ne peut évoquer l’histoire du quartier Nouveau Saint Roch sans citer celui à qui il doit son nom. C’est à la fin du XIIIème siècle, en plein Moyen-Age, que naît sur les terres du Languedoc l’un des personnages les plus célèbres et les plus illustres de Montpellier : Jean Roch de la Croix dit Saint-Roch. Seul fils d’un riche consul de la ville et d’une mère originaire de Lombardie, le jeune Roch, qui reçoit une éducation chrétienne, s’illustre très tôt par sa piété et sa grande bonté. Il faut dire que l’enfant qui brillait déjà par sa fine intelligente et son goût des livres saints fait preuve d’une inépuisable charité et offre tout ce qu’il possède aux âmes infortunées qui croisent son chemin, qu’ils soient mendiants, voyageurs étrangers ou lépreux : pain, asile, consolation … Devenu orphelin à l’âge de 18 ans, il va même jusqu’à léguer l’ensemble de ses biens – une fortune considérable pour l’époque ! – aux pauvres et aux nécessiteux avant de s’en aller en pèlerinage pour la lointaine Rome, surnommée « la ville éternelle ».

      Roch, le saint pèlerin guérisseur 
      Cheminant à pied à travers champs et forêts, le jeune pèlerin rejoint le Nord de l’Italie où il découvre un terrible mal qui ravage l’Europe médiévale : la peste. Accablé par tant de morts et de malheurs, le jeune et brave Roch choisit de porter secours aux pestiférés. La légende raconte qu’il sillonne ainsi la Lombardie et la Toscane, apportant joie, réconfort aux malheureuses victimes qu’il guérit, dit-on, d’un simple signe de la croix. Hélas le pèlerin de Montpellier finit par contracter la maladie pestilentielle à laquelle il s’est tant exposé et se réfugie, seul, dans une forêt voisine. Non loin de là se tient un beau Château où vit un seigneur dénommé Gothard. L’homme est amateur de chasse et dispose d’une confortable meute de chiens. L’un d’eux commence à voler chaque jour du pain à son maître pour ensuite l’apporter au pèlerin meurtri, devenant ainsi son fidèle compagnon – voilà pourquoi Saint-Roch est souvent représenté en compagnie d’un chien. Guidé par son âme généreuse et bien que souffrant, le saint homme continue à guérir les malades de la peste et on commence à parler de Roch le sauveur, le guérisseur miraculeux. Lui-même miraculeusement délivré du fléau de la peste, il finit par reprendre le chemin de Montpellier où il s’éteint le 16 août 1327.

      Une aura qui rayonne à Montpellier et au delà
      Après sa mort, sa réputation de sainteté se repend à une vitesse folle dans toute l’Europe médiévale où on ne tarit pas d’éloges sur les miracles dont il serait à l’origine sur les terres d’Italie. Mais c’est à Montpellier qu’on lui voue un culte particulièrement fort puisqu’il devient le patron et saint protecteur de la ville. Le jour de sa mort, le 16 août est désormais fête de la Saint-Roch – une fête encore célébrée de nos jours par les montpelliérains ! Nombreux sont les endroits de la ville qui rendent hommage au pieux pèlerin du Languedoc, comme le quartier Saint-Roch (où s’élève l’église Saint-Roch construite en son nom au XIXème siècle. Aujourd’hui quartier « Arty » où l’on trouve des galeries de peinture et de nombreux bars à vin chaleureux), le puits Saint Roch (seul vestige de la maison où il vit le jour à la fin du XIIIème siècle) mais également la gare Saint- Roch et enfin le jeune quartier qui l’environne, le Nouveau Saint-Roch.
      Quand l’ancien quartier ferroviaire de Montpellier devient un nouveau lieu de vie incontournable… 
      C’est d’ailleurs au cœur du Nouveau Saint-Roch que fût jadis érigée la toute première gare de Montpellier dite gare « de Cette » (Cette étant l’ancien nom de la ville de Sète). Construit en 1839 au n°28 de l’actuelle rue du Grand Saint-Jean, soit 310 mètres environ à l’Ouest de l’actuelle gare Saint-Roch, « l’embarcadère » comme on l’appelait (un terme emprunté au vocabulaire maritime désignant une jetée) reliait Montpellier à Sète en seulement 50 minutes. La première gare de la ville a entre-autres contribué au développement du quartier dit du Faubourg de la Saunerie, situé au Sud de l’Écusson (ce nom a été donné au centre historique en raison de sa forme, qui évoque celle d’un écusson). En 1852, la gare de Cette est finalement transférée dans une seconde gare reliant Montpellier à Nîmes en une heure et demi et inaugurée 7 ans plus tôt, qui deviendra plus tard l’actuelle gare Saint-Roch. L’emplacement de la nouvelle gare a d’ailleurs fait l’objet d’une rude concurrence : Charles Didion, ingénieur des ponts et des chaussées à qui a été confié le projet, souhaite l’établir tout près de la place de la Comédie mais les militaires s’y opposent farouchement puisque ces derniers  l’imaginent davantage aux pieds de La Citadelle (une ancienne place forte située au centre historique, devenue la caserne militaire Joffre au XIXème siècle puis reconvertie en 1947 en établissement scolaire, le lycée-collège Joffre). C’est finalement le second tracé qui l’emporte.  Mais que devient l’ancienne gare ? Délaissés, les terrains de la gare de Cette deviennent alors un entrepôt ferroviaire où reposent les locomotives et autres matériaux liés au chemin de fer. Puis dans les années 50, ils se transforment en gare de marchandises et de colis avant que la toute première gare de Montpellier, qui a marqué l’histoire de la ville, ne disparaisse pour de bon en 2014 pour laisser la place à la construction d’un quartier moderne et central.

      Pas étonnant que le Nouveau Saint-Roch ait un train d’avance !

      Sources iconographiques :
      http://cfdtsncfmontpellier.unblog.fr/2011/02/19/des-hommes-et-des-gares-images-du-passe/ http://www.actuacity.com/montpellier_34000/cartes-postales-anciennes/page2 http://marieandree.centerblog.net/1068-montpellier-gare-st-roch-originesevolution-photos-anciennes
      http://marieandree.centerblog.net/1068-montpellier-gare-st-roch-originesevolution-photos-anciennes
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Compagnie_fermi%C3%A8re_du_chemin_de_fer_de_Montpellier_%C3%A0_N%C3%AEmes
      http://cpa34.midiblogs.com/archive/2009/03/15/de-montpellier-a-sete-un-incident-sur-la-voie-ferree.html

       

      Retour